DEVENIR SOI : MON EXPÉRIENCE AVEC LA KINÉSIOLOGIE

DEVENIR SOI : MON EXPÉRIENCE AVEC LA KINÉSIOLOGIE

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas écrit par ici… Par manque de temps, et d’envie aussi, il faut bien se l’avouer. Mais vous savez quoi, là n’est pas le sujet (le prochain article sera dédié à mon retour dans la blogo’ et à l’avenir de ce blog). Aujourd’hui, on va parler d’autre chose.

Aujourd’hui, je suis de retour avec un article qui me tient à coeur. Un article fort, important pour moi, dans lequel je veux faire passer un message. 

Car oui, si vous me suivez sur Instagram, vous savez peut-être que j’ai commencé, il y a presque six mois, à suivre des séances de kinésiologie. Une aventure inattendue qui m’est chaque jour plus bénéfique qu’hier. Assez logiquement, j’ai eu envie de partager ça avec vous, dans l’espoir de poser des mots sur des expériences de vie que l’on a souvent du mal à assumer (malheureusement).

LA KINÉSIOLOGIE, KÉSAKO 

La kinésiologie est une discipline récente qui « agit sur la tonicité musculaire pour dénouer les blocages énergétiques ». Avec mes propres mots, je dirai que c’est une technique qui utilise le corps et sa mémoire pour débloquer des émotions ou des événements afin de pouvoir aller de l’avant.

En kinésiologie, plusieurs techniques sont utilisées. Chaque praticien a donc sa propre façon de faire.

Ne souhaitant pas dire de bêtises, si le sujet vous intéresse, je vous invite à lire cet article qui sera bien plus détaillé que cette petite parenthèse.

LA KINÉSIOLOGIE, POUR QUI ?

Selon moi, pour tous ! La kinésiologie permet un travail sur soi qui, à mon sens, est nécessaire pour tout le monde. Je suis persuadée que, peu importe notre histoire personnelle, on a tous en nous des petites bribes de vie qui nous marquent, plus ou moins profondément.

Cependant, je conseillerai davantage cette pratique aux personnes ayant du mal à s’exprimer. Car en cas de « bloquage » (de la parole), la kinésiologie permet de faire parler le corps. Et le corps parle beaucoup, de lui même.

QUEL PRATICIEN CHOISIR ?

Personnellement, j’ai choisi ma kinésiologue sous les conseils d’une personne en qui j’avais totalement confiance (en l’occurence, mon osthéopathe). Le bouche-à-oreille est, selon moi, la meilleure façon de procéder. Posez la question autour de vous, à un professionnel de santé avec qui vous avez un bon feeling, ou à vos amis / famille proches…

Toujours est-il, je pense qu’avant d’être une rencontre professionnelle, c’est une rencontre humaine qui s’opère. Si, lors du premier rendez-vous, vous ne vous sentez pas à l’aise, ne perdez pas espoir. Essayez de trouver quelqu’un d’autre, et ne vous acharnez pas avec le même praticien (au risque de vous dégoûter).

MON EXPÉRIENCE AVEC LA KINÉSIOLOGIE

J’ai commencé mes séances de kinésiologie en février dernier. J’ai d’ailleurs du mal à me dire que cela fait à peine cinq mois que j’ai entrepris cette démarche…

Je ne tiens pas à rentrer dans les détails de ma vie privée, mais, en gros, j’avais toujours refusé de voir quelqu’un (psychologue, ou autre), de peur de ne pas réussir à gérer la pression que cela représentait pour moi. J’avais peur de tomber sur une mauvaise personne, de me retrouver noyée sous trop de mauvaises ondes… En bref, je n’étais pas trop partante, à la base. Et puis un jour, je me suis dit qu’il fallait avancer. Avancer pour être heureuse, pour vivre ma vie de femme, pleinement.

Mon premier rendez-vous a donc eu lieu le 19 février. J’étais paniquée. Paniquée à l’idée de faire face à mon histoire personnelle, pour de bon. J’ai donc naturellement demandé à mon chéri de m’accompagner afin de ne pas être seule (en amont, afin de ne pas fuir, et en aval afin de ne pas me retrouver seule après la séance).

Je vous recommande d’ailleurs d’être bien entouré si vous entreprenez un jour une démarche de ce genre afin de vous sentir soutenu et épaulé, c’est important.

Toujours sans rentrer dans les détails, je peux simplement vous dire que cette première séance s’est très bien déroulée. Je n’en suis pas sortie particulièrement bouleversée. Ma kinésiologue m’a de toute manière directement rassurée en me disant : « Vous pourrez gérer tout ce qui va sortir aujourd’hui. Votre corps sait ce que vous pouvez affronter. C’est vous qui fixez les limites ». Et c’est ce qu’il s’est passé. Je me suis confiée, j’ai expliqué pourquoi j’étais là, quelles étaient les choses que je voulais régler. Rien que ça, c’était déjà énorme.

Les semaines et les séances qui ont suivi n’ont pas forcément étaient très simples. Je ne sortais jamais de mes rendez-vous dans de mauvais états. Mais, finalement, c’était « l’après » qui était dur à gérer. Dans mon cas, tout s’est passé « en interne ». J’avais beaucoup de mal à m’exprimer, à poser des mots sur ce que je ressentais. Mais au fil du temps, je réalisais des choses, je me souvenais de moments, et ma langue se déliait de plus en plus… Je me sentais à l’aise, et je savais que j’étais sur la bonne voie. #ProudMe

Aujourd’hui, après quatre séances, je peux vous dire que je me sens de mieux en mieux. Je me rends seule chez ma kinésiologue et je n’appréhende plus nos rendez-vous. 

Pour vous donner quelques détails plus précis, lors de ma dernière séance, nous avons attaqué « un gros dossier », celui des peurs. Je vous avoue que, jusqu’à présent, c’est le rendez-vous le plus dur que j’ai eu à vivre. Mais quand je suis sortie, j’étais fière (c’est d’ailleurs à ce moment là que je vous ai partagé une story sur Instagram, vous proposant de vous parler de cette folle expérience). Je suis fière aujourd’hui d’affronter mes peurs, de vouloir les comprendre pour ne plus y être soumise.

Désormais, j’ai le sentiment d’avancer pour de bon, d’aller mieux. Je me sens libre, forte et indépendante. Mon passé et mon vécu influencent de moins en moins mes réactions et je me tourne bien plus vers le futur.

POUR CONCLURE…

Un long article pour vous dire quoi finalement ?

Un long article pour vous dire que rien est insurmontable. Que vous être le seul maître de votre vie et que, en aucun cas, vous ne devez baisser les bras. Bien sûr, ce n’est pas évident… Bien sûr, j’en ai chié (ouais, on va se le dire quand même)… Mais aujourd’hui, je suis épanouie, fière, et heureuse. Pleinement. Sans demi-mesure.

Si vous ressentez le besoin de parler, de voir quelqu’un, d’échanger sur diverses problématiques, osez aller voir quelqu’un. Ce n’est pas une marque de faiblesse, au contraire. Voir un professionnel de ce type, c’est affronter ses peurs, son vécu, son passé, ses vieux démons. C’est une démarche courageuse, positive et bienfaisante.

J’espère que cet article aura aussi pu vous apporter quelques réponses.

Je vous embrasse bien fort.manon

 

 

 

Partager:

4 Commentaires

  1. juillet 10, 2018 / 17:27

    J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. Très intéressant et bien construit. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

  2. juillet 11, 2018 / 11:46

    Merci de m’avoir fait découvrir la kinésiologie. Je crois réellement que c’est une pratique qui pourrait m’être d’une grande aide dans mon parcours vers la guérison de la maladie qui me ronge depuis 4 ans. <3

    • juillet 11, 2018 / 23:04

      C’est vraiment une chouette option, je ne peux que te la recommander.

      Bisous bisous Sarah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.